Menu

Bulletin NIKE 1-2/2012

Pierre et béton


Les carrières de Suisse et leurs inventaires

C’est à l’époque romaine que l’extraction systématique de la pierre comme matériau de construction a été introduite sur le territoire de la Suisse actuelle. L’exploitation de ce matériau n’a ensuite jamais cessé, pour atteindre son apogée au début du XXe siècle; elle se poursuit de nos jours, quoique dans un moindre volume. La demande croissante de pierre de construction a entraîné le besoin d’établir des inventaires des sites rocheux exploitables.

...lire


Géologie urbaine ou la mémoire des pierres

Les pierres qui habillent les rues de nos villes racontent à leur façon l‘ histoire de la planète Terre. Sur les constructions les plus anciennes de la ville de Fribourg, il n'est pas rare de trouver du tuf calcaire sur les socles des édifices. Ce tuf s'est formé il y a environ 10 000 ans en milieu boisé, à la sortie d'une source calcaire dont l'eau a lentement déposé sa calcite sur les mousses, les feuilles mortes et autres débris forestiers.

...lire


La sculpture fribourgeoise en pierre du XVIe siècle

Avec ses quelque 450 œuvres conservées, la sculpture fribourgeoise du XVIe siècle représente, dans sa cohérence, un des ensembles les plus importants du genre en Europe. Sur les cinq sculpteurs exerçant alors à Fribourg, quatre d’entre eux ont créé avec leurs ateliers non seulement des sculptures en bois, mais aussi des ouvrages en pierre; il s’agit de Hans Gieng, Hans Geiler, Martin Gramp et du Maître aux gros nez.

...lire


Lucerne à l’Âge de la pierre et le commerce «globalisé» des minéraux

Des produits de fouilles (notamment des bijoux) montrent que, sur le territoire de la Suisse actuelle, des échanges se pratiquaient déjà sur de longues distances au Paléolithique et au Mésolithique. Ainsi, il ne fait pas de doute que certains morceaux d’ambre proviennent de la mer Baltique, tandis que des figurines et des perles de jais ont probablement été importées du sud de l’Allemagne.

...lire


Vera pietra o finta pietra?

E’ affascinante osservare il rapporto che si sviluppa in architettura tra l’impiego di «veri» materiali e l’imitazione che se ne può fare. Imitare però è un termine riduttivo: talvolta l’obiettivo di questi artisti e artigiani non era solo quello di avvicinarsi il più possibile a qualcosa di reale, ma essi cercavano di spingersi anche oltre la realtà.

...lire


Les châteaux et les ruines, c'est pas «béton»?

Après avoir été considérée comme une sorte d'incompatibilité matérielle, la cohabitation de la maçonnerie en pierre naturelle avec le béton a d'abord été confinée à un recours au second des plus discrets pour assurer la survie des premières. C'est avec les ouvrages d'art conçus par les ingénieurs civils que le béton armé a conquis ses premiers galons, non seulement sous l'angle de la fonction statique, mais aussi par l'émergence d'une esthétique fonctionnelle.

...lire


L’architecture suisse du béton, cette belle inconnue

Le béton est probablement le matériau de construction le plus utilisé dans le monde au XXe siècle. En Suisse, la production de ciment a rapidement prospéré, pour devenir une industrie importante. En 1833, Karl Herosé commence de produire du ciment romain en Argovie. Au cours du XXe siècle, l’industrie suisse du ciment et du béton ne cesse de se développer, favorisée par la présence dans le pays de réserves de calcaire relativement importantes.

...lire


Traces de coffrage et cosmétique du béton

Les traces de coffrage et les surfaces rugueuses et poreuses font partie des caractéristiques de l’architecture moderne en béton depuis les années 1960. Or, ce matériau est sensible à de nombreux types d’agressions et doit donc être protégé. Une des dégradations du béton consécutives à son vieillissement est la carbonatation de la surface causée par l’humidité; ce phénomène entraîne ensuite une corrosion de l’armature et un écaillage du béton.

...lire


La restauration des œuvres d’art en pierre et en béton: quelques comparaisons

Lorsque du béton fraîchement coulé est décoffré, il est revêtu en surface d’une mince «peau» de ciment, de couleur gris clair et généralement lisse. Avec le temps, les intempéries et les processus de dégradation qu’elles entraînent réduisent l’épaisseur de cette couche. Le monument prend ainsi un aspect plus sombre et sa surface devient granuleuse. Il n’existe pas de stratégie universelle qui nous indiquerait comment traiter la matière des monuments d’art lors de restaurations.

...lire

  • Actuel
  • venezvisiter.ch Journées du patrimoine
  • Bulletin
  • Médias
  • L'Action politique
  • Newsletter
  • Cycle de manifestations «Espace»
  • Formation continue
  • Agenda
  • Organisations
  • Documents de base
  • A propos de NIKE
  • Contact
  • Deutsch
  • Français
  • Italiano
  • S'identifier