Menu

Le recyclage des textiles

Dans les siècles passés, les textiles étaient trop précieux pour être tout simplement jetés. Le plus souvent, ils étaient réutilisés aussi longtemps que possible. Nous avons plusieurs exemples de recyclage de textiles remontant au début des Temps modernes. Ainsi, des vieux tissus servaient parfois d’armature pour l’argile réfractaire des poêles; il est cependant plus fréquent de trouver des textiles placés entre deux cloisons ou entre un plafond et un plancher, pour isoler une maison ou un château. Ces endroits recèlent souvent un large éventail de teintes et de tissus différents. Les découvertes de ce genre apportent une contribution essentielle à notre connaissance de l’histoire des textiles, notamment en ce qui concerne les tissus ordinaires de la fin du Moyen Âge et du début des Temps modernes, dont peu de traces subsistent. Les textiles usagés étaient également récoltés par les chiffonniers, car ils étaient une matière première recherchée pour la production de papier. Enfin, une autre façon de recycler les vieux tissus était de les employer comme «papier» hygiénique.

Il est plus difficile de trouver des traces de recyclage des textiles aux époques plus éloignées, par exemple au Haut Moyen Âge ou à l’époque préhistorique. Les fouilles de certains sites de l’Âge du bronze et de l’Âge du fer ont clairement mis à jour des textiles réemployés dans les mines. Des tissus ont par exemple été déchirés en bandes et utilisés pour recouvrir un manche de pioche. Après cette seconde vie, ces restes de tissu étaient jetés sur le terril et les archéologues doivent aujourd’hui les extraire des couches de déblais compressées par le poids des matériaux. Lorsque l’on essaie de remonter à des temps plus reculés, il devient encore plus malaisé d’identifier les restes textiles; dans certains cas, il est cependant possible de deviner qu’au Néolithique les tissus étaient également utilisés et réutilisés jusqu’à la corde. La datation des restes textiles est elle aussi délicate, puisque le temps écoulé entre la confection d’un tissu et son élimination peut être long. Enfin, les traces archéologiques de textiles jetés et détruits sont rares et elles ne sont guère évoquées dans les ouvrages du passé.»

 

Image: Antoinette Rast-Eicher

...article en version PDF

  • Actuel
  • venezvisiter.ch Journées du patrimoine
  • Bulletin
  • Médias
  • L'Action politique
  • Newsletter
  • Cycle de manifestations «Espace»
  • Formation continue
  • Agenda
  • Organisations
  • Documents de base
  • A propos de NIKE
  • Contact
  • Deutsch
  • Français
  • Italiano
  • S'identifier